Auteur : Michael Grant.

Nombre de pages : 586.

Collection : Pocket Jeunesse.

Année de sortie : 2008.

Prix : 19 euros.

 

Résumé du livre : En plein cours d'histoire, Sam et ses amis sont en train de prendre des notes quand tout à coup… plus de professeur ! Affolés, ils sortent de classe et se rendent compte qu'il n'y a plus aucun adulte. Comme s'ils s'étaient évaporés. En fait, tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, certains de ceux qui restent développent des super-pouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser…Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et à tous les enfants de la petite ville californienne de Perdido Beach. Passé la première période d'euphorie, les enfants et adolescents doivent maintenant s'organiser pour survivre. Qui va s'occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre d'urgence ! Sam devient malgré lui l'un des responsables de l'organisation mais il va devoir affronter d'autres chefs de bandes, aux idées beaucoup plus sombres… 

 

 

Mon avis : L'histoire se passe à notre époque, à l'heure des téléphones portables et autres inventions technologiques modernes. Sam Temple et ses amis sont en classe, et soudainement, toutes les personnes de plus de quinze ans disparaissent. On découvre en fait l'existence d'un mur transparent qui enferme les adolescents dans un petit secteur, qui sera appelé la Zone. S'ensuit un récit confus dans lequel, après avoir été brièvement le leader de la Zone, Sam part à différents endroits de la ville avec un petit groupe d'amis, afin d'échapper aux autres chefs de bandes. 

 

Tout d'abord, comme j'en ai touché un mot dans mon propre résumé de l'histoire, vous avez pu voir que, ce que j'ai puisé dans ce livre, c'est de la confusion et de l'incompréhension. L'histoire commence avec un mystère qui ne sera malheureusement pas élucidé. Au début du livre, il n'y a pas d'installation de décor, pas de présentation des personnages, rien. Cela permet, oui, de partir neutre pour continuer le roman, mais on n'a pas idée du contexte dans lequel nous allons être plongés. D'autres points m'ont posé problème : le fait qu'il y ait beaucoup de personnages. C'est difficile au début de cerner le caractère de chacun d'entre eux et de savoir à qui l'on a affaire. Enfin, le changement trop fréquent de point de vue, souvent revenant sur des éléments que l'on avait déjà suivis, mais du point de vue d'autres personnages, m'a déboussolée. On n'est pas mis dans le bain.

En fait, je trouvais le livre plutôt pas mal avant d'avoir lu quelques chroniques qui m'ont un petit peu influencées ; mais de toute façon, je ne l'aurais pas classé dans coup de coeur. Les personnages rentrent en effet dans des stéréotypes bien cadrés. En bref, pas vraiment d'originalité, si ce n'est les pouvoirs des personnages ou les mutations génétiques d'animaux, idées que j'ai trouvées complètement farfelues.

Dernier point, le livre traîne trop en longueur. Je pourrai par exemple vous citer le fait que l'on attende qu'une jeune fille externe au cadre installé (si l'on peut le dire de cette façon) y rentre, ou qu'il se passe quelque chose dans leur voyage que j'ai trouvé lassant. Je vous le répète, la fin m'était pénible, longue, et elle constituait encore une fois en de l'attente. Les personnages attendaient, j'ai attendu qu'il se passe quelque chose. C'est surtout la fin qui a traîné en longueur. Et puis le retour réccurent des coyotes parlants m'a lassée également.

Il n'en reste pas moins que Gone a été une lecture plutôt bonne, avec quelques personages attachants, une couverture qui est plutôt banale mais pas repoussante, malgré beaucoup de points négatifs que je n'ai pas tous listés ici. 

 

Ma note :

Note 2_5

 

 

 

Désolée de vous avoir fait une chronique qui est tout le contraire d'élogieuse :D À bientôt !

-Lou